Injonction paradoxale

[…] D’un côté, les cadres et salariés du tertiaire, qui peuvent télétravailler à partir de leur résidence secondaire, pendant que les enfants jouent dans le jardin, de l’autre, les soutiers du système, les invisibles dont le travail est souvent mal payé, la qualification pas toujours reconnue (notamment dans de nombreux métiers très féminisés), et qui ont le devoir, et parfois pas d’autres choix, que de continuer à travailler. Là où cela devient franchement scandaleux et devrait être réprimé, plutôt que de contrôler inutilement certains promeneurs en zones peu denses, c’est quand des sous-traitants se voient menacés de perdre leurs contrats par un gros donneur d’ordre, uniquement parce que celui-ci est soucieux de maintenir ses approvisionnements en vue de la prochaine reprise.[…]

Philippe Frémeaux

2 réflexions sur « Injonction paradoxale »

  1. Nounou de Phiphi

    De plus en plus évident que nous sommes en 2 France …..
    et ceux qui n’ont pour domicile que la rue ? pense-t-on à eux ?
    Pourquoi devoir à chaque sortie remplir un formulaire à l’encre ?

    Oui je pense particulièrement aux boueux , aux livreurs , et aux services hospitaliers ..
    une lecture d’importance :
    http://hopital-chats-perpignan.over-blog.org/2020/03/la-situation-a-l-hopital.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

    bonne journée

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *